Une marque dans la nuit

          Manger des émotions.
          Frôler l’intoxication alimentaire.

          La peur te montre ses mâchoires d’ombre et de silence, ah, regarde-la, l’arrivée de la sale bête, elle se cache derrière ton dos, pile entre tes deux omoplates, là où l’endroit te parait le plus creux alors que c’est rempli de tout ce que tu ne verras jamais. Tapi et terré dans sa cachette, la bête se prépare, élabore un plan d’enfer de fer et d’épines pour te foutre le cerveau à l’envers. Pauvre bipède, simple mortel, n’oublie pas que tu n’oublies quoi que ce soit, les crocs cherchent quelque chair à atteindre. Comme chaque année. Comme chaque hiver.

          Et la plaie te regardera pleurer, et tes articulations se plieront une à une afin que ton corps ne devienne qu’une boule – un souvenir compacté. Tu crisperas tes phalanges sur tes lèvres pour t’empêcher de craquer comme il avait utilisé les siennes sur tes tempes pour t’embrasser et te dire combien il t’aimait.

          La peur a quand même bon fond : elle te brûle les os pour ensuite souffler là où ça fait mal. Tant que la bougie n’est pas éteinte, la vie continuera.


10417525_475485035921405_5470798878502404507_n

Un verbe génial

          Écrire, verbe. Définition :

        Tracer les signes de l’écriture en usant d’un instrument, d’une substance, ou former les lettres d’une certaine façon. Hurler en silence sans que rien ni personne vienne nous arrêter, nous interrompre. Exercer un plaisir solitaire, jouir tout habillé. Honorer le temps. Jouer au zèbre, mélanger du noir avec du blanc. Se dénoncer. Se trahir. Se mettre en danger. Trouver une issue de secours, une porte de sortie – se défenestrer. Se débarrasser de son principal ennemi qui est soi-même. Construire une maison, mettre de la colle extra-forte dans les endroits les plus abîmés. Préparer un rituel quotidien qui a le sens de la moralité. Tenir le crachoir des heures durant en restant muet comme une carpe. Se bousiller la voix de façon continue sans réveiller personne – sans éveiller quelque soupçon. Combler sa solitude qui force le respect avec des gens qui n’existeront jamais. Se foutre à poil, prendre ses couilles et sa bitte à pleines mains et les lâcher sur le bureau. Vomir ses tripes. Mettre du soleil là où il y a besoin. Retrouver les vivants, réfugier les disparus. Respirer à l’envers. Faire de la peinture avec sa pomme d’Adam. Se faire du bien avec du mal.

         Guérir.


14238075_964575433652994_3306197462455722021_n

L’atelier des souvenirs

         C’est Alice. Abîmée un peu par la vie parce qu’elle est au chômage depuis quelques temps déjà, et malgré qu’elle soit surdiplômée, elle ne trouve rien. Cerise sur le gâteau, côté vie privée, dans son cœur, c’est un peu le bazar. Alice est déprimée et ne sourit pas beaucoup.

          Puis lui vint une idée. Et si j’animais et organisais des ateliers d’écriture dans des maisons de retraite ? Ni une ni deux, elle fonce et fait connaissance avec « ses petits vieux » qui sans le savoir, vont changer sa vie et sa vision du monde. Écrire n’est pas qu’écrire, l’écriture est bien plus que l’écriture car les mots laissent toujours une trace en soi, comme deux fils qui cherchent à se reconnecter à la réalité. Pour Alice, cette idée va la sortir de sa végétation lui rendre confiance en elle.

          J’ai tellement aimé découvrir la plume de l’auteure, on est embarqué sans trop savoir comment. Je le considère comme un livre doudou, un livre qui fait réfléchir et qui met en cause la question de l’écriture. Pourquoi écrire ? Comment écrire ? Que se passe-t-il après l’acte d’écrire ? La mémoire agit-elle différemment avec l’écriture ? Quelle est la définition d’un souvenir ?

          Pour plus d’informations, je parle de ce livre via cette vidéo de ma chaîne littéraire !

► VOIR LA VIDÉO

004630681